L’IPD-AOS, sur l’initiative de ses stagiaires de Licences et de Masters, a accueilli le samedi 15 juillet 2017 une cinquantaine d’acteurs du développement et d’étudiants de la ville de Ouagadougou pour échanger sur l’entrepreneuriat agropastoral des jeunes au Burkina Faso.

La cérémonie d’ouverture a été ponctuée par trois discours : le mot du Directeur Régional par intérim, le message du représentant des stagiaires et le discours d’ouverture de la marraine Madame Cyrille GANOU, dite par son représentant.

Les différents messages sont présentés ci-dessous.

 

MOTDU DIRECTEUR REGIONAL pi

 

Monsieur le Représentant de la Marraine,

Madame la Présidente de la Saisonnière,

Messieurs les Communicateurs,

Mesdames et Messieurs en vos rangs, grades et fonctions respectifs,

 

J’ai le plaisir de vous adresser un message de gratitude pour votre présence et votre engagement multiforme pour la réussite de cette journée de réflexion.

En effet, prendre du temps pour échanger sur la problématique de l’entrepreneuriat agropastoral des jeunes est un acte de haute utilité.

Pour un institut de formation dont la mission principale consiste à former des professionnels du développement, accueillir une telle rencontre s’inscrit dans une dynamique de complément de la formation classique proposée à travers les différentes filières.

 

Mesdames et Messieurs,

Après 40 ans (créé le 04 avril 1977) au service du développement par la formation, la recherche-action et l’appui-conseil, l’IPD-AOS innove en élargissant ses domaines de formation qui couvrent non seulement la planification régionale et l’aménagement du territoire (PRAT), mais aussi la télédétection et les systèmes d’information géographique (TSIG), le management de projets et microréalisations (MPMR), le genre, population et développement (GPD) et l’agriculture et les innovations technologiques (AIT).

En s’adaptant aux évolutions de son environnement, l’IPD-AOS offre des cours en présentiel et en ligne à travers sa plateforme de formation à distance. Université complète, vous pouvez valider votre parcours académique en Licences, Masters et Doctorat à l’IPD.

Le renforcement continu de vos capacités relève aussi de la responsabilité de l’IPD-AOS qui offre des formations continues en management de projets, en ingénierie de la formation, en médiation sociale, en plaidoyer et lobbying, en leadership et genre, etc.

 

Mesdames et Messieurs,

L’IPD-AOS, c’est aussi votre espace de partage et d’échanges sur les questions actuelles dans les domaines de la santé, du genre, de l’environnement, du développement local, de l’agriculture biologique, de l’information géographique, entre autres.

Avec un corps enseignant issu du monde universitaire et professionnel, avec un vaste réseau de partenaires (UEMOA, BUMIGEB, BUNASOLS, IGB, CNRST, FDC, ALG…), avec un personnel jeune et dynamique, avec des stagiaires motivés et engagés, l’IPD-AOS se veut une institution d’enseignement supérieur leader dans ses filières de formation.

 

Mesdames et Messieurs,

L’IPD-AOS compte ouvrir prochainement des formations de niveau Master dans les domaines de l’économie sociale et solidaire, du management des organisations de la société civile et de la paix et du développement. L’Institut souhaite ainsi capitaliser ses interventions à travers le projet d’accompagnement des entreprises de l’économie sociale et solidaire en exécution depuis 2015, les ouvrages du père fondateurs Fernand Vincent sur la gestion des ONGs de développement en Afrique et ses expériences en matière de gestion des conflits et de promotion de la paix.

 

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le voyez, vous êtes dans l’enceinte d’une grande école dont la vision est de former des femmes et des hommes capables de promouvoir le développement durable. Vous avez le choix de participer à une belle expérience, une expérience de transformation de la réalité, une expérience de gestion du changement, une expérience d’accomplissement d’une noble mission au service de la paix et de la prospérité. Alors, bienvenue dans l’école des visionnaires et des gagnants.

 

Je vous souhaite un excellent échange, je vous souhaite une fructueuse réflexion.

Je vous remercie

 

MESSAGE DES STAGIAIRES

 

Mr BATTORO BALIBIE JACQUES  représentant Notre marraine Mme GANOU Cyrille

Dr PoussiSawadogo, Directeur Régional par intérim de l’Institut Panafricain pour le Développement / Région Afrique de l’Ouest et Sahel,

Mme SEDGHO SOPHIE, responsable de la saisonnière

Mr BOUDA TASSERE, Directeur Général de la SONATER (Société nationale de l’aménagement des terres et de l’équipement rural)

Mesdames,  mesdemoiselles et messieurs, distingués invités en vos rangs, grades et qualités respectifs.

Bonjour !!!

Le comité d’organisation et l’ensemble des étudiants  de L’IPD/AOS  par ma voix vous souhaite la bienvenue et vous remercie pour votre présence. Malgré vos multiples préoccupations vous avez tenu à rehausser de votre présence l’organisation de cette conférence.

Nous  tenons à rappeler que le thème : L’Autosuffisance alimentaire parl’entreprenariat agropastorale des jeunes, est le fruit d’une réflexion consensuelle de la part des étudiants  de L’IPD/AOS.

            Un double objectif se dégage : d’une part la résolution du problème du chômage, et d’autre part l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire au Burkina Faso.

En effet, un éventail de résultats multiformes est escompté au sortir de cette conférence  tel que :

  • La motivation des jeunes à entreprendre dans l’agropastoralisme
  • La connaissance des techniques modernes d’agriculture et d’élevage 
  • La mise en valeur des zones propices à l’entreprenariat agropastoral, etc.

Sur ce nous vous saurons gré de l’attention particulière que vous accorderez aux différents thèmes développés par le conférencier Mr TASSERE BOUDA dans l’optique de lever le voile sur les enjeux de l’entreprenariat agropastorale des jeunes au  Burkina Faso.

Mesdames mesdemoiselles et messieurs

Je vous remercie !!!

 

                   DISCOURS D’OUVERTURE DE LA MARRAINE, MME CYRILLE GANOU        

 

Messieurs les représentants du Ministère en charge de l’Agriculture,

Monsieur le représentant du Ministère en charge de la  jeunesse et de la formation professionnelle,

Monsieur le Directeur Régional par intérim de l’IPD/AOS,

Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Centre-Nord,

Madame la Directrice Générale  de la Saisonnière,

Honorables invités

Mesdames et messieurs

C’est un grand plaisir pour moi de prendre la parole ce matin à cette cérémonie d’ouverture de la journée de réflexion organisée par les stagiaires de l’Institut Panafricain pour le Développement/Afrique de l’Ouest et le Sahel (IPD/AOS). Avant tout propos, qu’il me soit permis de traduire mes sincères remerciements aux stagiaires et à la direction de l’institut pour avoir porté leur choix sur ma modeste personne pour être marraine de cette activité. Ce choix est non seulement une marque de considération à mon égard, mais aussi une interpellation pour mon soutien aux jeunes dans la mise en œuvre des activités de lutte contre la pauvreté qu’elle soit chronique ou transitoire.

Chers stagiaires ;

Honorables invités

La pauvreté à un visage multidimensionnel. Ce qui nous amène à dire que la lutte pour l’amélioration des conditions de vie des populations nécessite sans doute l’implication et l’intervention de tous les acteurs de domaines différents et complémentaires, pour nourrir l’espoir d’un développement qui ne laisse personne pour compte. Un des éléments importants pour y arriver est l’investissement dans le capital humain qui permet de susciter des compétences nécessaires et capables de booster le développement.

Chers stagiaires, Vous aviez su bien le faire par l’organisation de cette journée de réflexion avec un thème très pertinent qui porte sur « L’autosuffisance alimentaire par l’entreprenariat agropastoral des jeunes ».  Réfléchir sur les stratégies à mettre en place pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire, lesquelles stratégies doivent prendre en compte la jeunesse à travers l’entrepreneuriat agropastoral, est  un engagement sur des chantiers nouveaux, fondés sur nos réalités existantes pour réduire de façon considérable la pauvreté au Burkina Faso. Car,  plus de 80 % des Burkinabè pratiquent l’agriculture et plus de 57% vivent dans l’insécurité alimentaire. Il est alors évident de l’impérieuse nécessité de changer nos anciennes méthodes pour emprunter les chemins de nouvelles techniques opérantes en vue d’une marche rassurante vers l’autosuffisance alimentaire. C’est dans l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire  que nous pouvons rompre le cycle de la transmission intergénérationnel de la pauvreté.

Je vous exhorte donc chers stagiaires, à participer activement à cette séance de réflexion et à mettre en application les connaissances déjà acquises et celles que vous allez recevoir au cours de la conférence pour que vous soyez des acteurs incontournables dans l’entrepreneuriat agropastoral et dans d’autres secteurs d’activités pouvant conduire à l’autosuffisance alimentaire dans votre communauté de vie.

Chers stagiaires ;

Mesdames et messieurs

Si cette journée a pu se tenir c’est grâce à la direction de l’institut qui se bat corps et âme pour donner une formation de qualité et rassurante à nos valeureux stagiaires. Permettez-moi d’adresser mes sincères remerciements au Docteur Poussi SAWADOGO à qui je reconnais bien un engagement et une rigueur pour le travail de qualité, sans oublier le personnel engagé à ses côtés pour l’atteinte des objectifs de l’IPD/AOS.

Je voudrais aussi adresser mes sincères remerciements à Monsieur Tasré Bouda, Directeur Général de la SONATER qui a bien voulu accepté partagé son expérience avec les stagiaires sur le thème du jour.

Sur ce je vous souhaite à tous et à toutes, une bonne séance de travail et que Dieu vous bénisse. Je vous remercie 


 

« Solidarité, travail et progrès », telle est la devise du Conseil Régional du Centre-Nord. Cette devise est la traduction d’une quête permanente pour construire une vraie identité régionale et un esprit d’appartenance dans la conscience des populations de la région. Plus qu’une superposition de trois provinces issue d’une décision politique et contrôlée par une autorité administrative, le Centre-Nord doit être un espace de vivre-ensemble dynamique, d’une communauté de vie partagée. C’est la substance des échanges lors du panel co-organisé par l’Association pour le Développement de la Région du Centre-Nord (ADCRN) et l’Institut Panafricain pour le Développement – Région Afrique de l’Ouest et Sahel (IPD-AOS).

 Dès l’entame du panel, le Directeur par intérim de l’IPD-AOS, Docteur PoussiSawadogo, par ailleurs fils du Centre-Nord, a remercié l’association pour le choix de l’Institut pour abriter cette importante rencontre sur la problématique du développement du Centre-Nord. Il a présenté sommairement l’IPD-AOS à travers ses activités de formations continues et académiques, de recherche-action et d’appui-conseil. Le présent panel se veut un acte d’appui-conseil de l’Institut à l’association qui milite en faveur de la transformation des réalités socio-économiques de la Région. L’IPD-AOS, depuis 40 ans, accompagne les acteurs du développement africain et reconnaît la convergence d’idées et d’actions avec l’association régionale.

Le Président de l’Association, Monsieur IssakaSidnomaKaboré, a remercié les sœurs et les frères qui  ont fait le déplacement de l’IPD-AOS pour discuter en famille sur le développement du Centre-Nord. Il a appelé les filles et les fils de la région à s’unir davantage pour accompagner le Conseil Régional dans ses actions en faveur du décollage socio-économique de la Région.

Dans le même sens, le Président du Conseil Régional, Monsieur AdamaSawadogo, a rappelé l’engagement du Conseil et a invité les ressortissants du Centre-Nord à Ouagadougou de s’unir pour le développement régional.

Deux communications ont permis de lancer les échanges. La première, donnée par Monsieur Nazi KABORE, promoteur des Ecoles de la Vie, a porté son regard sur l’identité régionale du Centre-Nord, ses forces et ses faiblesses.

En effet, Monsieur Kaboré, a développé les concepts de développement, région, décentralisation, développement local, a abordé l’approche communautaire et individuelle pour impulser le développement local, a traité de la gouvernance locale et s’est questionné sur le processus en construction du sentiment d’appartenance régionale des populations des trois provinces, le Bam, le Namentenga et le Sanmatenga. Pour le communicateur, il faut faire de Kaya un point synergique pour l’ensemble de la Région et développer les infrastructures routières indispensables à l’intérieur et en connexion avec les régions voisines tout en densifiant et en modernisant les réseaux de transport et les activités diverses de production et de soutien.

Il a invité les filles et les fils à faire preuve de grande solidarité. Il a recommandé aux leaders politiques de la région à porter une vision ambitieuse et à s’engager sur le terrain aux côtés des populations à la base afin d’encourager l’appropriation de la vision par la base. Cela passe par la formation des leaders politiques et de la société civile et des populations, notamment des jeunes, en leadership et en développement personnel.

La deuxième communication, donnée par Docteur PoussiSawadogo, a porté sur l’analyse de la vision régionale de développement du Centre-Nord. Cette vision se décline comme suit : « Faire du Centre-Nord une région d’autosuffisance alimentaire dont la population est épanouie, promotrice de ses valeurs culturelles et qui accroît durablement sa contribution à la création de richesses au plan national à l’horizon 2025. » En conclusion, le communicateur a lancé les échanges par deux questions : Qui sont les porteurs de la vision ? Comment le Conseil régional montre-t-il au quotidien les valeurs fondamentales de la région : Solidarité, Travail, Progrès ?

Les échanges ont été dans l’ensemble des contributions des participants. Ces contributions ont porté sur les potentialités agricoles, pastorales, fauniques et minières des communes de la région. Certains participants ont proposé l’organisation d’assises sur le développement régional qui prendront plusieurs jours afin de permettre de proposer des axes pour l’action.

Cette rencontre a été honorée par la présence du Doyen et universitaire Pr MoumouniRamdéOuiminga qui a donné des orientations utiles pour amorcer véritablement le développement intégral régional.

 

Docteur PoussiSawadogo

Coach et animateur de changement

Directeur des Etudes de l’IPD-AOS


 

Thème : A la recherche des « droits » et « obligations » du développement durable

Programmes académiques


          Nos Cycles

  • Licence Professionnel
  • Master et DESS Professionnel
  • Doctorat en Science Appliqués au Développement

          Nos Filières professionnelles

  • Planification Régionale et Aménagement du territoire ( PRAT )
  • Télédétection et Système d'Information Géographique (T/SIG)
  • Genre Population et Développement (GPD)
  • Management des Projets et Microréalisations (MPMR)
  • Agriculture et Innovations Technologique (AIT)
  • Economie Social et Solidaire (ESS)

    Bulletin d'abonnement


 

 

         

                Suivez-nous 


                    

     IPD à travers le monde


 

* IPD-AC

* IPD-AN

* IPD-AOS

* PAID-ESA

* PAID-WA

 

 

 

.

     Nous contacter


 

INSTITUT PANAFRICAIN POUR LE DEVELOPPEMENT/AOS

278 -Avenue Bendogo, 01 BP 1756 Ouagadougou 01 - BURKINA FASO

Tél : (226) 25 40 86 95 / 25 36 48 07 / 25 36 47 62

Fax : (226) 25 36 47 30

e-mail : ipdaos@fasonet.bf