Echanges avec le Pr Jacob à l’Institut Panafricain pour le Développement en Afrique de l’Ouest et Sahel (IPD-AOS)

L’institut panafricain pour le développement en Afrique de l’ouest et sahel a organisé une rencontre  d’échanges sur les contraintes du développement local le mardi 20 février 2018, avec le Professeur Jean Pierre Jacob, IHEID de Genève. Le Pr Jean Pierre Jacob intervient au Burkina Faso depuis près de 40 ans. Il est ancien chercheur à l’IRD de Ouagadougou et Chercheur à Labo citoyenneté, Ouagadougou. Il a partagé sa riche expérience sur les contraintes de développement local avec les étudiants de l’IPD/AOS

Selon le Pr la décentralisation s’est faite de manière précipité au Burkina. En effet plusieurs difficultés de causes diverses minent   des communes. D’abord il y a l’analphabétisme, le niveau d’instruction des conseillers municipaux est très faible ce qui complique souvent la gestion des communes. En plus on observe une faible implication des cadres dans les candidatures lors des élections. Par ailleurs on remarque une régression du nombre de femmes élues même après l’imposition des quotas. Cela est dû à une participation peu significative des femmes aux questions politiques et aussi les femmes sont rarement placées en tête de liste ce qui réduit leur chance d’être élues. Enfin  le problème majeur  qui mine la gestion des communes au Burkina c’est la confusion entre l’individu et l’institution. Selon le Pr Jean Pierre Jacob il faut que les hommes s’effacent au profit des institutions afin d’apporter des réponses permanentes à des problèmes permanents pour une gestion efficiente des communes. D’autre part le Professeur affirme que la démocratie représentative (élective) est le fondement de la décentralisation. Pourtant elle se  confond souvent dans la pratique à la démocratie participative. Une confusion qui amène souvent des conflits entre populations et représentants. Les deux notions bien que voisine n’évoque pas la même chose. Dans la démocratie représentative le citoyen délègue son pouvoir à des représentants qui incarnent la volonté générale. Les représentants votent la loi. Alors que la démocratie participative évoque l'idée d'une implication et d'une participation des citoyens dans le débat public mais aussi la prise de décisions politiques.

 

 

Programmes académiques


          Nos Cycles

  • Licence Professionnel
  • Master et DESS Professionnel
  • Doctorat en Science Appliqués au Développement

          Nos Filières professionnelles

  • Planification Régionale et Aménagement du territoire ( PRAT )
  • Télédétection et Système d'Information Géographique (T/SIG)
  • Genre Population et Développement (GPD)
  • Management des Projets et Microréalisations (MPMR)
  • Agriculture et Innovations Technologique (AIT)
  • Economie Social et Solidaire (ESS)

    Bulletin d'abonnement


 

 

         

                Suivez-nous 


                    

     IPD à travers le monde


 

* IPD-AC

* IPD-AN

* IPD-AOS

* PAID-ESA

* PAID-WA

 

 

 

.

     Nous contacter


 

INSTITUT PANAFRICAIN POUR LE DEVELOPPEMENT/AOS

278 -Avenue Bendogo, 01 BP 1756 Ouagadougou 01 - BURKINA FASO

Tél : (226) 25 40 86 95 / 25 36 48 07 / 25 36 47 62

Fax : (226) 25 36 47 30

e-mail : ipdaos@fasonet.bf

             dr.ipdaos@gmail.com